Ferdinand Hodler: Rythme infini de figures changeantes

Voilà un immense artiste, trop peu connu en France¹, et qui nous intéresse au plus au point. Peintre majeur de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, le Suisse Ferdinand Hodler (1853-1918) est considéré comme le chef de file du symbolisme et à ce titre, son influence en Europe a été considérable. Mais ce qui nous interpelle, c’est sa proximité avec la danse de son époque et les recherches novatrices de certains chorégraphes tels Isadora Duncan, Rudolf Laban, ou celles de son ami genevois Emile Jaques-Dalcroze, inventeur de la rythmique². En effet, entre 1899 et 1915 environ, un grand nombre des compositions d’Hodler – qui obéissent à des formes rythmées et/ou répétées – représentent des personnages animés d’un mouvement de danse. Citons Regard dans l’infini (ci-dessus) Femme joyeuse, Le Jour, L’Emotion et l’Emotion II, La Vérité, Chant Lointain, Une femme heureuse, Femme en marche, l’Heure sacrée, Splendeur linéaire, Femme en extase.
HODLER Une femme heureuse, 1909Seuls ou en groupes, nus ou vêtus de longues robes bleues soulignant le corps, ces personnages allégoriques – la plupart féminins – sont peints dans des paysages lumineux et leur gestuelle s’apparente souvent à une célébration, une sorte de rituel, voire une prière exaltant les forces vitales de la nature. On retrouve là l’esprit de Monte Vérità, communauté avant-gardiste fondée vers 1900 dans le Tessin suisse. Le lieu est fréquenté par des intellectuels et certains artistes novateurs contemporains d’Hodler, parmi lesquels des danseurs et chorégraphes aux idées révolutionnaires tels Isadora Duncan, Rudolf Laban, Emile Jaques-Dalcroze, Mary Wigman…
Avec sa danse libre fondée sur des mouvements naturels, en tunique ample et pieds nus, Isadora se rapprochait de l’art grec, à ses yeux « le plus parfait exemple de création artistique issue d’une communion authentique avec la nature ». Laban, que son intérêt pour la beauté et l’harmonie du corps avait conduit à ouvrir, de 1913 à 1919, un cours d’été sur le Monte Verità, y enseignait une manière de danser en plein air et en toute liberté, nu ou à demi.
Quant à Emile Jaques-Dalcroze, son approche du corps débarrassé de toute contrainte, ses enchaînements de mouvements répétés et fluides en relation à l’espace, au temps, à l’énergie, fascinèrent Hodler. Il puisera dans ces différents modèles autant de sujets d’étude qu’il retranscrira sur la toile. Mais là où jaillissent la liberté, la spontanéité, la joie d’une Isadora ou d’un danseur de Monte Verità, le peintre compose, voire chorégraphie, ses tableaux selon un principe très élaboré.

Répétition, symétrie et rythme

Chez Hodler en effet, beauté, harmonie, émotion naissent de l’ordonnancement symétrique des figures, de la frontalité, de la répétition de formes semblables et – tout comme pour Jaques-Dalcroze – du rythme. Dans de puissantes compositions, le peintre juxtapose ses personnages, les fait se succéder en séquences (l’Emotion, 1901), les dispose en symétries (Regards dans l’infini, 1916) ou parallèles. Il baptisera d’ailleurs “parallélisme” ce principe qu’il appliquera toute sa vie à son art, jusques et y compris ses nombreux autoportraits et ses splendides paysages qui exaltent la beauté des montagnes et des lacs de sa Suisse natale.
L’idée que les êtres humains, au fond, se ressemblent tous, le pousse à présenter des figures en séries, mais constamment variées et recombinées pour ne pas occulter l’individualité. Ce phénomène est visible dans la plupart de ses tableaux monumentaux où lignes et mouvements, jamais identiques, parviennent à créer un mariage harmonieux.
Mais le parallélisme d’Hodler n’est pas qu’une simple recherche formelle, c’est d‘abord une philosophie reposant sur le constat que la nature, et l’homme, sont soumis à un ordre fondé sur la répétition – jour/nuit, saisons, vie/mort –, la mort et l’éternité figurant parmi ses préoccupations majeures. En ce sens, il compte parmi les artistes pour qui la création a une valeur religieuse et régénératrice.
Si Ferdinand Hodler a souvent été comparé à Puvis de Chavannes, Rodin ou Klimt, il fut également un grand inspirateur pour les Sécessionnistes viennois et a joué un rôle international comme précurseur d’une peinture moderne en ouvrant une voie à l’abstraction (Mondrian) et à l’expressionnisme (Kirchner).

1 En 2007-2008, le Musée d’Orsay lui a rendu hommage à travers une grande exposition dont le catalogue encore disponible à la vente.
2 Contemporain de Rudolf Laban, Emile Jaques-Dalcroze a notamment influencé les chorégraphes allemands des années 20 et 30. Sa méthode pédagogique comporte des exercices où le corps entier évolue en faisant appel à la voix et aux sens auditif, visuel, tactile et kinesthésique. Avec la musique et par des jeux, des exercices de coordination, de réaction, de dissociation et des improvisations, le pratiquant apprend les notions de rythme (mesure, carrure, pulsation, rapport des durées), d’harmonie et de mélodie (gammes, tonalités, intervalles, accords). Les liens naturels entre mouvement corporel et mouvement musical conduisent au développement des facultés artistiques du pratiquant.
Quant à l’eurythmie (titre d’un célèbre tableau d’Hodler), il s’agit d’une pratique harmonieuse du mouvement en relation avec la musique et la parole, élaborée par Rudolf Steiner (1861-1925). Ne pas confondre avec la rythmique d’Émile Jaques-Dalcroze, parfois appelée aussi Eurythmie.
© Dominique Pillette- Aventures du regard 2015

A propos dominiquepillette

journaliste, auteur danse, littérature, art
Cet article, publié dans La danse dans l'art, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s