Andy fait tapisserie en dansant le twist

Philippe Morillon Andy Warhol danse le twistÉTONNANT, NON ? Ça ressemble furieusement à un lé de papier peint dont le motif serait un Andy Warhol dansant le twist. Eh bien, c’est ça ! À ceci près qu’il s’agit d’une œuvre d’art.
L’AUTEUR, c’est Philippe Morillon, né à Paris en 1950. Peintre, illustrateur (Actuel, Marie Claire, Playboy…), photographe et directeur artistique (Egoïste, Vogue), il est aussi dans les années 70 un dandy noctambule étroitement lié aux célébrités du showbiz et de la mode qui fréquentent le Palace, ce temple des nuits parisiennes. Là, Morillon va rencontrer et photographier des artistes comme Kenzo, Karl Lagerfeld, Saint-Laurent, Loulou de la Falaise, Mick Jagger, Grace Jones, Gainsbourg, Gérard Garouste, Pierre et Gilles, Dali, Andrée Putman, Jean-Paul Goude, Andy Warhol ainsi que des jeunes gens de passage. En 2009, il rassemblera une galerie de portraits dans un livre souvenir intitulé Une dernière danse ? ¹ andy-pmorillon
DE SA RELATION avec le pape du pop art, il dit : « J’ai connu Andy Warhol en 1976 grâce à un ami, François Wimille – le cousin d’Inès de la Fressange -, un rejeton de la grande bourgeoisie française marié à Catherine Breillat, la cinéaste. […] Andy Warhol a donc fait une exposition à Paris et François me l’a présenté. J’ai plu directement à Andy ; je lui rappelais probablement sa jeunesse de dessinateur commercial ; il s’est entiché de moi ; tout allait très bien. Le travail d’Andy m’inspirait déjà quand j’étais étudiant. C’était un rêve qui se réalisait. Et c’est comme cela que j’ai commencé à travailler pour Interview en tant que photographe et chroniqueur mondain. » ²
ph.morillon papiers peints-ine-sphilippe morillon papiers peints-louloLES PAPIERS PEINTS narratifs de Morillon ne sont qu’un aspect de l’œuvre iconoclaste de ce jeune homme très doué. Outre les stars du palace, il détourne avec humour certains thèmes et compositions classiques pour y introduire des éléments disparates et anachroniques. Joueurs de foot en figure rouge style grecque antique, déjeuner sur l’herbe pop à la Manet, ses collections de curiosités chinoises mises en péril par son chat, un papier peint Louis Braille, etc. En 1982, il publie Ultra Lux, une compilation de ses peintures préfacée par Andy Warhol qui définit comme « néo-classiques ou post-modernes », les images de Morillon. Pas faux quand on voit ses pastiches d’aujourd’hui.

1 Steidl éd., préface de Karl Lagerfeld. À ce propos, lire l’interview sur http://www.standardmagazine.com/philippe-morillon-interview/
2 Extrait d’une interview donnée au magazine Roads : Philippe Morillon, la mémoire des jeunes gens chics. A consulter sur http://roadsmag.com/interview-philippe-morillon84475483900/

twist-2DANSE APPARUE après le rock’n’roll et pratiquée dans les bals et les boîtes de nuit par les jeunes des sixties, le twist appartient désormais à une époque révolue. Toujours est-il que c’est tout à fait intéressant car – et c’était la grande nouveauté – avec le twist, on ne dansait plus en couple. Symboliquement, cela supposait un état différencié, c’est-à-dire la capacité d’être seul au milieu des autres, de s’exposer sans peur et sans l’appui d’un partenaire qui vous tienne par la main ou la taille. Certaines inhibitions étaient levées, les garçons timides n’avaient plus à rassembler tout leur courage pour aller inviter une cavalière et la honte pour les filles de « faire tapisserie » était abolie. Il suffisait de rejoindre librement la piste et de s’y mettre. Mais le paradoxe était que pendant cette danse, les corps se trouvaient privés de contact physique tout en étant contraints par une gestuelle pauvre et bridée qui ne laissait pas de place à l’improvisation et à la sensualité. En effet, danser le twist (en anglais, to twist = tordre) consistait à se déhancher latéralement d’une jambe sur l’autre, à droite puis à gauche. Genoux pliés, on pivotait les pieds et les genoux en balançant les bras dans le sens opposé. Bref, le corps avait un potentiel de déplacement réduit, chacun se déhanchant gentiment sur une musique entraînante et gaie, autrement moins explosive que le rock’n’roll. twist
LE TWIST, danse yéyé apparue dans la France gaullienne de 1962 était donc tout à fait adaptée à la société corsetée d’avant l’explosion de 68. Il y a d’ailleurs fait une assez longue carrière, grâce aux idoles des jeunes de l’époque, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Dirk Rivers – et son gentil Twist à Saint-Tropez.
On peut même dire qu’il généra des addictions avec les marathons de twist où certains candidats dépassèrent les cent heures consécutives !¹ On était toutefois loin des secousses du rock, de la liberté – voire de la transe – du jerk, même si aux Etats-Unis, où il est né ², le twist défraya la chronique et faillit être classé comme immoral par les autorités religieuses ! Chez nous, il reste dans les mémoires comme une danse sautillante et enfantine.

© Dominique Pillette Aventures du regard 2015
Philippe-Morillon-Papiers-PeintsAndy-s-twist--wallpaper--201 En Angleterre, la Lloyds, grande compagnie d’assurance, assura contre « la pratique abusive du twist »…
2 Au départ, The Twist est une chanson créée aux Etats-Unis durant l’été 1958 et qui n’a pas vraiment rencontré le succès jusqu’à ce que le chanteur Hank Ballard et son groupe The Midnighters sortent leur propre version. En mars 1959, elle entre dans le classement des 20 meilleures ventes de disques aux Etats-Unis. Popularisée par Chubby Checker en 1961, elle devient un hit et donne naissance à la danse éponyme.
Légendes : De haut en bas, Philippe Morillon, Andy Warhol danse le twist, papier peint narratif en lé de
62 cm x 3m. Andy Warhol et Philippe Morillon, 1979-80 © M. Saloff, in Vêpres laquées. Trois autres papiers peints narratifs signés Philippe Morillon. Jeunes danseurs de twist des années 60 © DR.

A propos dominiquepillette

journaliste, auteur danse, littérature, art
Cet article, publié dans La danse dans l'art, Un tableau, une danse, une histoire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s