FLAUBERT ET LA DANSE (2) : Salammbô

WINTER Charles Allen EgyptienneParmi les 390 pages furieusement intenses
du roman¹, on trouve cet épisode de la danse avec
le python noir. Une pépite ! L’action se déroule pendant la guerre des Mercenaires contre Carthage².
Fille d’Hamilcar et prêtresse de la déesse Tanit³, Salammbô doit, sur ordre du grand prêtre Schahabarim,
aller récupérer dans le camp ennemi le manteau miraculeux de la déesse, dérobé dans le temple et qui protégeait la cité. Mais pour être victorieuse, elle doit subir une série de purifications et rituels sacrés fort étranges, dont cette danse avec le serpent. 
Ci-contre, Charles Allen Winter (1869-1942) : Fantaisie égyptienne, 1898.

FLAUBERT RACONTE : « La musique, au-dehors, continuait ; c’étaient trois notes, toujours les mêmes, précipitées, furieuses [… ] Salammbô, avec un balancement de tout son corps, psalmodiait des prières, et ses vêtements, les uns après les autres, tombaient autour d’elle. La lourde tapisserie trembla, et par-dessus la corde qui la supportait, la tête du python apparut. Il descendit lentement, comme une goutte d’eau qui coule le long d’un mur, rampa entre les étoffes épandues, puis, la queue collée contre le sol, il se leva tout droit ; et ses yeux, plus brillants que des escarboucles, se dardaient sur Salammbô. L’horreur du froid, ou une pudeur peut-être, la fit d’abord hésiter. Mais elle se rappela les ordres de Schahabarim, elle s’avança : le python se rabattit, et lui posant sur la nuque le milieu de son corps, il laissait pendre sa tête et sa queue, comme un collier rompu dont les deux bouts traînent jusqu’à terre. Salammbô l’enroula autour de ses flancs, sous ses bras, entre ses genoux ; puis le prenant à la mâchoire, elle approcha cette petite gueule triangulaire jusqu’au bord de ses dents ; et, fermant à demi les yeux, elle se renversait sous les rayons de la lune. La blanche lumière semblait l’envelopper d’un brouillard d’argent, la forme de ses pas humides brillait sur les dalles, des étoiles palpitaient dans la profondeur de l’eau ; il serrait contre elle ses noirs anneaux tigrés de plaques d’or. Salammbô haletait sous ce poids trop lourd, ses reins pliaient, elle se sentait mourir ; et du bout de sa queue il lui battait la cuisse tout doucement ; puis la musique se taisant, il retomba. »
1 Edition de poche
2 241 à 238 av. J. C.
3 L’une des trois divinités de Carthage d’origine phénicienne, mère protectrice, symbole de maternité et de fécondité.

FLAUBERT AVAIT catégoriquement refusé qu’on illustre son roman, de peur que des représentations picturales figées réduisent « un espace imaginaire qu’il avait voulu somptueux, raffiné et barbare à la fois ». Cela n’a pas empêché certains artistes de s’attaquer à la figure de la Carthaginoise. Toutefois ils ne sont pas si nombreux. Et l’on trouve bien moins de représentations de la danse de Salammbô que celle de Salomé, d’ailleurs la seconde est parfois utilisée pour la première sur les couvertures du roman. On lui substitue aussi Cléopâtre, sans doute à cause du serpent, voire une bacchante, notamment celle de Léon Bakst pour un costume du ballet Narcisse (1912). A l’époque de Flaubert, c’est l’attrait d’un orientalisme fantasmé qui prédomine. Pour certains artistes, le texte furieusement érotique de Flaubert est prétexte à des pauses languissantes, voire ouvertement provocantes.

BUSSIERE Gaston Salammbo

Gaston Bussière, Salammbô, 1907.

ON TROUVE essentiellement des œuvres mineures, comme la Salammbô délicieusement nunuche et nue de Gaston Bussière, debout et affublée d’un serpent phallique dressé derrière elle. Au contraire, celle de Michael Richard-Pütz, à la plastique voluptueuse, amollie dans des coussins, sourit de façon vulgaire tandis que le python noir s’enroule autour de ses membres d’un blanc de marbre.

PUTZ-Richard Michael vers 1898 Salammbô

PUTZ-Richard Michael : Salammbô, vers 1898.

Adrien Henri Tanoux 1921 Salammbô collect°privée

Adrien Henri Tanoux (1865-1923) : Salammbô, 1921.

Adrien Henri Tanoux en livre une vision a peu près similaire quoique moins explicite : dans un décor tout oriental, le serpent est figuré par un voile et une Salammbô rousse fixe le spectateur d’un regard envapé.

FERRIER Gabriel Le Serpent Salammbô c 1899

Gabriel Ferrier (1847-1914) : Le Serpent, Salammbô c. 1899.

La Salammbô de Gabriel Ferrier, quoique allongée elle aussi sur une couche moelleuse, est nettement plus active, le corps convulsé par la jouissance que le serpent lui procure visiblement. A l’arrière-plan un musicien grimace d’effroi ou de dégoût. On le comprend. De facture et d’esprit quasi similaires, ces Salammbô, œuvres de peintres académiques, sont essentiellement des références en matière d’art érotique au même titre que les belles esclaves, les odalisques ou les jeunes orientales.

RODIN Salammbô dessin c. 1900

Auguste Rodin (1840-1917) : Salammbô, dessin c. 1900

QUANT À RODIN, avec son dessin de femme au sexe offert, cuisses écartées, dos cambré et visage caché sous les bras repliés, il est allé beaucoup plus loin que Flaubert, qu’il admirait, et beaucoup plus loin que tous les autres réunis, mais lui, avec le génie qu’on sait. Avec tout ça, on en oublierait presque le caractère sacré de cette danse avec le python. Flaubert non, qui crut bon d’insister sur ce point (entre autres) dans une lettre à Sainte-Beuve, lequel avait détesté le livre et critiquait l’auteur pour les connotations fortement érotiques de ce passage : « Il n’y a ni vice malicieux ni bagatelle dans mon serpent. […] Salammbô, avant de quitter sa maison, s’enlace au génie de sa famille, à la religion même de sa patrie en son symbole le plus antique. Voilà tout. » […]

Alphonse Mucha SalammboRESTE ALORS la Salammbô en extase d’Alfons Mucha  qui contrarie toutes les autres représentations. Pose hiératique, bras raides et coudes à la taille, cadrée serrée dans un lourd décor Art déco, elle semble manquer d’air… et d’inspiration.

CÔTÉ SCULPTURE, ça manque plutôt de carnation, voire d’incarnation. On trouve une Salammbô en marbre blanc par Jean-Antoine Marie Idrac dans l’esprit orientaliste et paradoxalement aussi sereine et douce qu’une Vénus de Botticelli.

IDRAC Salammbo 1903

Jean-Antoine Marie Idrac : Salammbô en marbre blanc (après 1882).

FERRARY Desiré Maurice (1852-1904) Salammbo (1899)

Désiré Maurice Ferrary (1852-1904), Salammbô (1899).

ET UNE AUTRE,  assez spectaculaire, en marbre et bronze par Désiré Maurice Ferrary, de facture Art nouveau, passivement enlacée par le serpent et comme assoupie. On dirait qu’il la retient comme pour l’empêcher de tomber !  Voilà pour la Salammbô de Flaubert. Il avait raison, ce genre représentation picturale apparaît bien médiocre face à la Carthaginoise telle qu’on se l’imagine en lisant le roman.

 Pour finir, une charmante petite carte publicitaire Liebig, chromolithographie allemande de 1897.Liebig 1897 Salammbô carte publicitaire

Couv livre1Découverte : Si vous aimez l’orientalisme, ce petit ouvrage vous plaira certainement. Plaisir de l’œil avec ses nombreuses illustrations qui montrent le foisonnement pictural généré par l’attrait de l’Orient depuis Schéhérazade au début du XVIIIe siècle, jusqu’aux années 1920. Plaisir de la connaissance grâce la richesse de ses textes et commentaires. La Femme dans la peinture orientaliste, Lynne Thornton, ACR Edition, poche couleur. Dans la même collection, les Orientalistes, peintres voyageurs. 

© Dominique Pillette – Aventures du regard 2015

Sites à consulter

http://flaubert.revues.org/2307
http://flaubert.univ-rouen.fr/ 

A propos dominiquepillette

journaliste, auteur danse, littérature, art
Cet article, publié dans La danse dans l'art, Vu et lu, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s